Journées de la culture juive
Edition 2021

EDITO

En cette période compliquée, nous avons pu maintenir les Journées de la culture juive en 2020 et nous espérons bien retrouver un public présent en 2021. 

Pour cette session, il a semblé évident au bureau d’Hebraica que le thème s’imposait de lui-même : Résistances. « Résistances » au sens très large. D’abord à la bêtise ambiante mais aussi et surtout celles des Juifs face aux adversités de toute nature.

Pour les problématiques récentes, nous aurons le plaisir de recevoir Rachel Kahn. Nous l’avions déjà accueillie à une époque où les médias ne s’étaient pas emparé de sa personne. Rappelez-vous, cette jeune femme aux racines juives et africaines, athlète de haut niveau, actrice, auteure d’ouvrages de société comme Racée, en 2021. Elle prône un discours à l’encontre de celles et ceux qui dénoncent la parole des blancs colonialistes, au nom paradoxalement du refus de la distinction, que l’on sait obsolète, de race. Son livre a fait grand bruit et son intervention sera probablement plus claire que mes lignes.

Autre résistant des temps modernes, Rudy Reichstadt. A la tête de Conspiracy Watch, il observe tous les complotismes qui abîment notre société et dont la cible ultime demeure les Juifs. Ses rubriques au sein de Radio France entre autres, remportent une belle audience.

Évidemment, la Résistance, au sens où les historiens l’entendent auront une belle place. Une journée entière sera consacrée à la Résistance juive dans Toulouse et ses environs. Depuis les travaux de Monique-Lise Cohen, une historiographie commence à se construire et nous aurons ainsi le bilan des dernières recherches en date. 

Résistance juive encore dans la présence exceptionnelle de Larissa Cain, qui fut enfant dans le ghetto de Varsovie. Un documentaire inédit lui est consacré et sera projeté au cinéma ABC. Ce sera l’occasion de rencontrer cette grande dame, auteure de nombreux ouvrages, dont de la littérature pour les enfants.

Mais résister à la Shoah peut aussi se faire en combattant l’oubli. C’est ce que font les époux Lahana en proposant leurs archives personnelles. Ils possèdent en effet des photos inédites qui vont des années 1940 à 1960 environ. Elles concernent précisément la communauté juive toulousaine. L’objet de la rencontre est très original: non seulement montrer ces archives, donc l’histoire de certains Juifs de Toulouse, mais aussi lancer un avis de recherche pour identifier des visages et, enfin, pour les familles concernées, repartir avec lesdites photos.

Enfin, parmi d’autres manifestations dont un hommage aux mères juives, championnes de la résistance toutes catégories, nous organiserons une soirée de clôture au Goethe Institut.

La compagnie Les Maitres sonneurs montera un spectacle consacré au génial Kurt Weill, qui a fui le nazisme vers l’Amérique et a su joindre une carrière allemande (dont L’opéra de quat’sous) à une brillante mais trop courte carriere américaine. Nul doute que cette soirée saura allier ce qui fait que le peuple Juif a toujours su manifester: le rire mêler à une certaine tristesse, la nostalgie, la recherche de la beauté et de l’excellence, partout et à toutes les époques.

Maurice Lugassy, Président d'Hebraïca 

JCJ affiche 2021.JPG